FinTech

La numérisation croissante de tous les secteurs de l’économie ouvre de nouvelles possibilités et accélère les réformes structurelles. Grâce aux nouvelles technologies, la branche peut mettre en place des infrastructures et fournir des services d’un genre nouveau dans le secteur financier. Un système FinTech dynamique contribue de manière significative à la qualité de la place financière suisse et améliore sa compétitivité.

Affichage électronique des fluctuations des cours boursiers.
La Suisse conçoit sa réglementation des marchés financiers de manière à ne pas entraver l'accès des entreprises FinTech au marché. © PRS

La Suisse conçoit sa réglementation des marchés financiers de manière à ne pas entraver inutilement l'accès au marché des entreprises actives dans les technologies financières innovantes (FinTech). La numérisation croissante de tous les secteurs de l’économie ouvre de nouvelles possibilités et accélère les réformes structurelles.

Les nouvelles technologies favorisent l’émergence de nouveaux domaines d’affaires dans le secteur des infrastructures et des services financiers. En font notamment partie des applications pour terminaux mobiles de plus en plus complètes ainsi que la disponibilité de volumes de données de plus en plus importants (big data), assortis de capacités d’analyse plus poussées.

Les entreprises FinTech complètent l’offre de services financiers

La numérisation présente de nombreux avantages (p. ex. accroissement de l’efficience) dont il faut tirer parti pour favoriser la croissance, mais également des risques (p. ex. traitement des données privées, répercussions sur la stabilité du système, protection des clients). Les offres des entreprises FinTech complètent ou remplacent souvent celles des prestataires traditionnels de services financiers. Ce phénomène est non seulement un facteur important dans la concurrence entre entreprises financières, mais il assure également à la place financière suisse un avantage concurrentiel de taille.