La transparence, une valeur fondamentale de la DDC

La DDC accorde une grande importance au principe de la transparence dans ses activités. Elle favorise l'analyse de ses résultats et l'apprentissage des expériences passées par des études internes et externes. Elle applique les normes internationales en vigueur dans le domaine de la transparence de l’aide.

La transparence est un point essentiel de la coopération internationale au développement de la Suisse et fait partie des valeurs fondamentales de la DDC. Elle permet:

  • aux citoyens, au parlement et aux acteurs de la société civile de mieux connaître l’utilisation des fonds et les résultats obtenus par les programmes et projets de coopération et de comprendre de quelle manière ces ressources contribuent au développement global durable visant à réduire la pauvreté et les risques globaux;
  • aux gouvernements des pays partenaires et aux acteurs de la société civile de gérer plus efficacement leurs ressources d’aide, en les intégrant dans leur propre stratégie de développement;
  • aux donateurs et organisations de développement de mieux coordonner leur efforts et d’accroître leur efficacité;
  • de limiter le risque de corruption, de renforcer l’appropriation (ownership) des partenaires et de favoriser la responsabilisation mutuelle (mutual accountability).

Le Message concernant la coopération internationale 2017-2020 de la Suisse, qui contient la stratégie pour la mise en œuvre opérationnelle des activités, accorde une grande importance au thème transversal de la bonne gouvernance, avec un accent particulier sur la transparence, la redevabilité ainsi que la participation, l’efficacité et la non-discrimination.

Dans ses échanges d’informations avec les gouvernements et acteurs de la société civile des pays partenaires concernant les programmes et les projets en incluant la planification financière, la DDC applique le principe de la transparence et exige réciproquement que ses partenaires s’y engagent aussi. 

Culture de la transparence

La DDC favorise l’apprentissage institutionnel: elle est ouverte au dialogue avec les différents acteurs de la coopération internationale, elle encourage les échanges mutuels et construit ses programmes et projets sur la base des leçons tirées de ses expériences, contribuant ainsi à améliorer l’efficacité et l’efficience de ses programmes. Les évaluations, les études et les rapports annuels lui permettent d’examiner ses résultats et d’apprendre de ses expériences passées. De manière transparente, la DDC analyse avec soin les forces et les faiblesses de ses programmes et projets, et met en œuvre les conclusions et les recommandations qui lui sont soumises. 

La DDC promeut la culture de la transparence tant à l’intérieur de l’institution que vers l’extérieur. Elle possède une longue tradition d’ouverture et de communication, que ce soit dans le cadre des manifestations publiques, des conférences annuelles ou des discussions sur les rapports annuels. 

La DDC est toujours disposée à fournir des renseignements aux médias et à répondre aux lettres de citoyens.

Engagement international

Notifications statistiques à l’OCDE

La DDC s’efforce d’améliorer constamment la qualité de ses déclarations statistiques sur le plan international par l’intermédiaire du système de notification du Comité d’aide au développement (CAD) de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

OCDE-CAD Statistiques de l’aide
OCDE CAD Aid at a glance (en)

Initiative internationale pour la transparence de l’aide (IATI)

La DDC a adhéré à l’Initiative internationale pour la transparence de l’aide (IATI), qui réunit plus de 200 donateurs, pays partenaires et organisations de la société civile. Ses membres mettent en ligne un ensemble de données et d’informations récentes, comparables et rapidement accessibles via un registre mondial centralisé. Depuis novembre 2013, la DDC publie régulièrement ses données selon les standards IATI (fichiers au format XML).

IATI registry (en)


Données DDC:

Standard commun pour l’information sur l’aide au développement

Lors du Forum de Haut Niveau sur l’efficacité de l’aide (Busan 2011), la Suisse s’est engagée, avec l’ensemble de la communauté des donateurs, à améliorer la disponibilité et l’accessibilité de l’information sur la coopération au développement.

A cette fin, la DDC a annoncé les étapes de mise en œuvre d’ici 2015 du standard commun négocié à Busan et destiné à la publication électronique des informations détaillées sur les projets et programmes d’aide au développement. Ce standard a été établi à partir des systèmes de notification complémentaires du CAD de l’OCDE et de IATI.

OCDE-CAD mise en oeuvre du standard commun

Politique de publication

Le site de la DDC et les sites des représentations dans les pays partenaires contiennent de nombreuses informations sur les thèmes prioritaires, les stratégies, les programmes et projets, ainsi que sur l’engagement de la DDC au niveau global.

Depuis quelques années, la DDC axe plus systématiquement ses activités sur la mesure des résultats et publie régulièrement sur son site ses rapports annuels, rapports sur l’efficacité, et évaluations qu’elle mène.

Rubrique efficacité

Evaluations

Depuis 2010, les évaluations externes et internes ainsi que les études externes sont publiées sur le portail fédéral.

Etudes réalisées sur mandat de la Confédération 

Projets

La DDC a intensifié ses efforts pour mettre en ligne des informations détaillées et standardisées sur le financement et la réalisation de ses projets. Depuis juillet 2014, une base de données réunit tous  les projets de la DDC.

Base de données des projets

Statistiques de l’aide publique au développement de la Suisse

Les statistiques sur l’utilisation des moyens financiers de la DDC, du SECO et des autres offices et acteurs publics composant l’aide publique au développement (APD) de la Suisse sont disponibles en ligne sous forme de tableaux et de graphiques régulièrement mis à jour.

Statistiques APD et DDC

Accès à des documents officiels

A l’instar de l’ensemble de l’administration fédérale, la DDC est soumise à la Loi sur la transparence, entrée en vigueur le 1.7.2006 (LTrans). Celle-ci donne le droit à tout citoyen de consulter des documents officiels et d’obtenir de l’information de la part des autorités sans devoir justifier le motif de sa demande. Les requêtes doivent être traitées dans un délai de 20 jours.

Accès à des documents officiels