Sortir de la pauvreté : présentation du Rapport mondial sur l’Education

Berne, Communiqué de presse, 06.03.2014

Les pays pauvres paient cher les carences de leur système éducatif. Chaque année, des milliards de dollars sont dépensés en pure perte, car de nombreux enfants n’ont pas acquis les connaissances de base à l’école. Pour remédier à cela, il faut investir de façon avisée dans la formation des enseignants. Telles sont les conclusions du récent Rapport mondial de suivi sur l’Education pour tous établi par l’UNESCO avec le soutien de la Suisse. Ce rapport a été présenté en Suisse le 6 mars 2014 à la Haute école pédagogique de Fribourg, en présence de Martin Dahinden, directeur de la DDC, et de Jean-Pierre Siggen, directeur de l’instruction publique du canton de Fribourg.

Quelque 250 millions d’enfants dans le monde n’acquièrent pas les compétences fondamentales. Dans les pays pauvres, jusqu’à un quart des adolescents ne savent pas lire une phrase entière. Cette crise de l’éducation se traduit par des pertes annuelles s’élevant à 129 milliards de dollars. Trente-sept pays dépensent en pure perte au moins la moitié des moyens investis dans l’éducation primaire du fait que les enfants n’apprennent pas. Le récent Rapport mondial de suivi sur l’Education pour tous (EPT) publié par l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) parvient à la conclusion que la compétence des enseignants est une clé importante pour obtenir une amélioration de la situation.

Les auteurs du rapport demandent que les Etats recrutent les meilleurs candidats à l‘enseignement, qu’ils leur garantissent une bonne formation, qu’ils les affectent dans les régions qui ont le plus besoin d’eux et qu’ils leur offrent des mesures incitatives pour les encourager à rester dans la profession. Outre cette partie thématique, le rapport présente également les progrès accomplis par les différents pays en ce qui concerne les six objectifs de l’Education pour tous adoptés à Dakar. Il fait apparaître que ces progrès sont minces, en particulier s’agissant des objectifs d’alphabétisation des adultes et de l’acquisition des compétences fondamentales par les adolescents. Le rapport recommande par ailleurs que le programme de développement pour l’après-2015 (qui remplacera les Objectifs du Millénaire pour le développement) intègre dans ses objectifs l’apprentissage et l’égalité d’accès pour tous (enfants, adolescents, adultes).

En Suisse, le Rapport mondial de suivi sur l’EPT a été présenté le 6 mars à la Haute école pédagogique de Fribourg. L’événement a été inauguré par le directeur de la DDC Martin Dahinden et le directeur de l’instruction publique du canton de Fribourg Jean-Pierre Siggen. Fabienne Lagier, du Réseau éducation et coopération internationale, Abdeljalil Akkari, professeur à l’Université de Genève et membre de la Commission suisse pour l’UNESCO, Pascale Marro, principale à la Haute-école pédagogique de Fribourg, et Valérie Liechti, conseillère d’éducation à la DDC, ont ensuite débattu des recommandations du rapport.

Dans son allocution, le directeur de la DDC Martin Dahinden a tenu à souligner que, dans les régions d’Afrique et d’Asie où elle intervient, la DDC encourage notamment la qualification des enseignants au travers de projets consacrés à l’éducation de base et à la formation continue et œuvre donc pour la qualité de l’éducation. Il a ajouté que, depuis 2007, la DDC a accru son engagement dans le domaine éducatif et participe en particulier à l’amélioration des systèmes éducatifs sur place. De son côté, le conseiller d’Etat Jean-Pierre Siggen a mis l’accent sur l’apport du nouveau rapport mondial de suivi sur l’EPT, d’une part parce qu’il expose les difficultés, d’autre part et surtout parce qu’il présente des solutions pour les surmonter.

La Suisse apporte un soutien financier au rapport et soutient par le biais de la DDC différents projets éducatifs en Afrique, en Asie et dans les Balkans occidentaux ainsi que dans le cadre de l’Aide humanitaire, par exemple en Jordanie et en Haïti. En 2012, elle s’est engagée dans des projets de ce type à hauteur de 69 millions de francs.

Une éducation de qualité renforce la capacité de l’individu à opérer des choix, à s’adapter à un environnement en constante évolution et à mener la vie qu’il souhaite. C’est la raison pour laquelle la DDC défend dans les pays partenaires l’idée que tous puissent exercer leur droit à l’éducation et améliorer ainsi leurs conditions de vie. Elle entend permettre l’accès à l’éducation de base des enfants, des adolescents et des adultes, en particulier ceux qui sont issus des couches de la population socialement défavorisées, qui, jusqu’à présent, en étaient exclues, à savoir les femmes, les minorités ethniques et les populations rurales. Enfin, elle entend contribuer à l’amélioration de la qualité et des résultats de l’éducation de base.


Informations complémentaires

Enseignement et apprentissage : atteindre la qualité pour tous
« Nous devons instaurer un système de suivi régulier des enseignants »
Education de base et système éducatif – piliers du développement
Enseigner et apprendre : Atteindre la qualité pour tous


Contact

Information DFAE
Palais fédéral ouest
CH-3003 Berne
Tél.: +41 58 462 31 53
Fax: +41 58 464 90 47
E-Mail: info@eda.admin.ch


Editeur:

Département fédéral des affaires étrangères