72ème Assemblée générale de l’ONU : Didier Burkhalter à New York pour défendre les priorités de la Suisse

Media release, 18.09.2017

Construire des ponts, créer des coalitions pour défendre des thèmes concrets qui sont au cœur des priorités de la politique étrangère de la Suisse : tels sont les objectifs qu’a poursuivis, lundi à New York, le conseiller fédéral Didier Burkhalter à l’ouverture de la 72ème Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies (ONU).

Vue intérieure de la salle de la 72e Assemblée générale des Nations Unies à New York
La 72e Assemblée générale des Nations Unies à New York. © Keystone/Li Muzi

Après Genève, c’est au siège principal de l’ONU que le chef du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a plaidé pour que la gestion de l’eau, qui peut devenir une source de conflits lorsqu’elle se raréfie, devienne au contraire un vecteur de paix. Les recommandations formulées la semaine dernière par le Panel eau, paix et sécurité initié par la Suisse ont été discutées à New York. Les participants se sont demandés comment encourager, au Moyen-Orient notamment, la collaboration transfrontalière en matière de gestion de l’eau.

Didier Burkhalter a appelé pour sa part à la création d’un groupe de pays alliés déterminés à défendre la cause de la gestion de l’eau comme moteur de paix et de sécurité dans le monde. A côté du Geneva Water Hub, appelé à se développer en Suisse, « nous souhaitons rallier d’autres pays à notre démarche », a expliqué le conseiller fédéral qui pense qu’une mobilisation new yorkaise pourrait et devrait aboutir à une résolution du Conseil de sécurité dans cette question capitale pour l’avenir de la planète.

Didier Burkhalter a aussi plaidé pour une amélioration de la prévention des conflits à travers la mise en œuvre coordonnée des différents instruments dont dispose l’ONU comme le renforcement de la paix et de la sécurité, la défense des droits de l’homme et la politique de développent. « L’appel du 13 juin 2016, une initiative suisse qui appelle à une coopération renforcée entre le Conseil de sécurité (à New York) et le Conseil des droits de l’homme (à Genève) pour anticiper le déclenchement de conflits est un bon exemple », a souligné Didier Burkhalter.

Dans le domaine de l’abolition de la peine de mort, la Suisse souhaite également conjuguer les efforts entrepris à Genève au Conseil des droits de l’homme et à l’ONU à New York. La Suisse a ainsi adhéré à l’Alliance globale contre le commerce de produits utilisés pour exécuter des condamnés à mort ou pour exercer la torture. Cette démarche est en phase avec l’interdiction, décidée l’an dernier par le Parlement, de l’exportation et du commerce de produits pharmaceutiques utilisés pour des exécutions capitales.

Le chef du Département fédéral des affaires étrangères a par ailleurs témoigné de l’intérêt de la Suisse à continuer à soutenir les efforts visant à réformer le fonctionnement de l’ONU en participant à une réunion de haut niveau sur ce sujet présidée par le président Donald Trump. Cette réunion a également permis au nouveau secrétaire général de l’organisation de faire le point sur son programme de réformes.

Enfin, M. Burkhalter a évoqué différentes questions politiques qui sont actuellement à l’agenda lors d’une demi-douzaine de rencontres avec ses collègues des affaires étrangères d’autres pays.


Further information:

La 72e Assemblée générale de l’ONU


Address for enquiries:

Information DFAE
Palais fédéral ouest
CH-3003 Berne
Tél.: +41 58 462 31 53
Fax: +41 58 464 90 47
E-Mail: info@eda.admin.ch


Publisher:

Département fédéral des affaires étrangères