L’empreinte marquante de la coopération suisse au Vietnam

Article, 10.05.2017

Conformément à ce qui avait été planifié il y a plusieurs années, la DDC a mis officiellement un terme à ses activités de coopération bilatérale avec le Vietnam à la fin de l’année 2016. A l’heure du bilan, plusieurs développements sont réjouissants, car ils laisseront des traces. Dans de nombreux districts ruraux, les habitants ont désormais voix au chapitre.

Des villageois réunis dans une salle prennent part à un vote en levant la main.
En s’impliquant activement dans l’élaboration de plans de développement communaux, des centaines de milliers de Vietnamiens ont goûté à une forme de démocratie participative. DEZA

A la fin de l’année 2016, une page importante s’est tournée. La DDC a clos vingt-cinq ans de coopération bilatérale avec le Vietnam, laissant au SECO, qui a fait du Vietnam un pays prioritaire de ses activités de coopération économique en 2008, le soin de poursuivre la collaboration. La DDC n’interviendra plus au Vietnam que par l’entremise de programmes régionaux et d’interventions thématiques sur les questions de sécurité alimentaire, de gestion de l’eau et du changement climatique notamment. La Division Sécurité humaine du DFAE poursuivra pour sa part le dialogue sur les droits de l’homme mené avec le gouvernement vietnamien.

Qu’est-ce qui a justifié l’arrêt de la coopération bilatérale de la DDC au Vietnam ? Et quel bilan peut-on en tirer ? Tout d’abord, le Vietnam a intégré la catégorie des pays à revenus intermédiaires en 2010, après avoir substantiellement diminué le niveau de pauvreté de sa population et renforcé ses institutions. En comparaison d’autres contextes d’intervention prioritaires, le Vietnam ne répondait plus aux critères fixés par la DDC pour un engagement à long terme. En se retirant du pays, la DDC s’est donné la possibilité d’investir plus de ressources ailleurs, notamment en Afrique.

Démocratie participative

La DDC aura consacré en 25 ans un total de 216 millions CHF à une trentaine de projets au Vietnam. Elle a mis un terme à sa présence dans le pays sur la base de résultats plus qu’encourageants. C’est ce qu’indique une évaluation externe commanditée par la DDC. Plusieurs projets ont contribué à soutenir l’émergence d’une démocratie participative au Vietnam, du moins dans les régions concernées. Des centaines de milliers de villageois ont pris l’habitude de s’impliquer dans l’élaboration de plans de développement communaux. Dans un pays réputé pour sa gouvernance très centralisée, ce n’est pas rien.

Concrètement, la population a pu se prononcer sur les investissements prioritaires à engager au niveau local et participer à la construction ou la rénovation de près de 3500 infrastructures (routes, ponts, canalisations, crèches pour la petite enfance, écoles, toilettes, centres culturels).

Asia Brief «Pour la première fois, nous décidons de ce que nous voulons vraiment!» (PDF, Nombre de pages 4, 674.4 kB, Français)

 

Une vingtaine de villageois équipés de bêches contribuent au terrassement d’une piste.
Des villageois s’activent pour construire une voie d’accès à leur village après avoir pu convaincre les autorités locales de l’importance d’un tel investissement. © DDC

Plus qu’un coup de pouce momentané à certaines régions rurales du Vietnam, l’action de la DDC peut être perçue comme l’amorce de changements profonds en matière de décentralisation du pouvoir. Les autorités de deux provinces (Cao Bang et Hoa Binh) ont intégré l’approche participative préconisée par la DDC dans leurs procédures. Elles affectent désormais une partie de leurs budgets à des fonds de développement communaux. D’autres provinces devraient suivre l’exemple.

Valoriser les produits locaux

Un autre projet phare de la DDC au Vietnam a permis de stimuler la mise en valeur de huit produits économiques clé, tels que les épices, le bambou, le thé ou encore les textiles traditionnels. Plus de 25'000 familles ont été soutenues dans l’accroissement de leurs revenus. Les stratégies commerciales proposées aux PME et à plusieurs entreprises gouvernementales pour améliorer leur accès aux marchés national et international ont en général porté leurs fruits. L’amélioration de la compétitivité des PME restera à l’ordre du jour de la coopération suisse par le biais du SECO.

Asia Brief: «Vietnam: des chaînes de valeur pour combattre les poches de pauvreté persistantes» (PDF, Nombre de pages 4, 709.6 kB, Français)

Film: «Market Access for the Rural Poor» (en) 

Une femme portant un habit traditionnel cueille des feuilles de thé.
Le thé fait partie des produits agricoles dont la DDC a soutenu la mise en valeur économique au Vietnam. © DDC

Entre 1992 et 2016, la DDC a également soutenu au Vietnam la mise sur pied d’un Master of Business Administration (MBA), un vaste programme de planification participative en matière de développement urbain, des projets de formation professionnelle ou encore la création de guichets administratifs «tous services». Quelques autres projets ont, eux, moins bien fonctionné. Un appui destiné à renforcer les capacités et le pouvoir d’action des parlementaires élus au sein de l’Assemblée Nationale et des parlements provinciaux a, par exemple, été interrompu faute de progrès convaincants.

Asia Brief: «DDC: 25 ans de présence au Vietnam» (PDF, Nombre de pages 4, 1.1 MB, Français)

La DDC au Vietnam entre 1992 et 2016: répartition du nombre de projets mis en œuvre par secteur

La DDC au Vietnam entre 1992 et 2016: répartition du nombre de projets mis en œuvre par secteur
©DDC