Gestion des Eaux de Ruissellement dans le Tchad Sahélien (GERTS)


Ce programme vise l’aménagement des vallées avec des seuils d’épandage en vue de leur exploitation agro-pastorale au bénéfice direct de 350'000 personnes dans quatre régions au centre-est du Tchad. Cette approche est promue et mise à l’échelle avec l’appui d’organisations publiques et privées. Les femmes et les jeunes sont particulièrement encouragés à s’investir en production maraîchère à but commercial et pour améliorer la nutrition. Le programme contribue aussi à la stabilité au centre-est du Tchad, et à la prévention de la migration et de l’extrémisme violent.

Pays/région Thème Période Budget
Tchad
Agriculture et sécurité alimentaire
Governance
Développement agricole
Ressources en eau à usage agricole
Participation démocratique et société civile
01.12.2018 - 30.11.2022
CHF 6'000'000
Contexte Le plan quinquennal de développement de l’agriculture au Tchad (2013) - principal document de la politique de développement du secteur agricole et rural - encourage les investissements pour une meilleure maîtrise et gestion de l’eau et pour l’intensification et la diversification des productions agricoles afin de faire face à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle. La population de l’Est du pays dépend presque uniquement de l’agriculture et de l’élevage. Pourtant leur production est fortement compromise par les aléas climatiques avec une forte variabilité pluviométrique et des risques importants de sécheresse. Ainsi la population est confrontée à des crises alimentaires accrues.
Objectifs Contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations des régions d’intervention du Programme (Wadi-Fira, Ennedi Est, Ennedi Ouest et Batha)
Groupes cibles
  • 31 GGO avec 400 membres
  • 74 groupements agro-pastoraux des producteurs/ productrices et jeunes avec au total 14’110 personnes
  • Les instituts et écoles techniques
  • Ministère de production, de l’irrigation et des équipements agricoles
  • Ministère de l’environnement, de l’eau et de la pêche - Services centraux et déconcentrés, Comité Régional d’Action
  • Acteurs du secteur privés: entreprises de construction et bureau d’études
Effets à moyen terme
  • Les producteurs agricoles et éleveurs ainsi que les autorités locales assurent une gestion durable et concertée des bénéfices induits par la construction des vallées aménagées par des seuils d’épandage
  • Les populations - notamment les femmes, les jeunes et les personnes vulnérables - vivant dans les périmètres des bas-fonds avec des seuils d’épandage exploitent de manière durable et économique les espaces aménagés
  • L’approche d’aménagement des basfonds par les seuils d’épandage est connue, promue et mise à l’échelle avec l’appui d’institutions et organisations publiques et privées
Résultats

Principaux résultats attendus:  

  • 40 nouveaux seuils d’épandage construits – correspondant à 2'700 hectares de terres récupérées
  • Mise en place d’un dispositif régional pour garantir l’entretien des ouvrages hydro-agricoles
  • Conventions locales intégrant les questions foncières et la prévention des conflits dans la gestion des bas-fonds aménagés
  • Des Activités Génératrices de Revenus (AGR) développées au bénéfices de femmes et jeunes
  • Les Ministères tchadiens concernés et leurs services déconcentrés intègrent l’approche « seuils d’épandage » dans leurs programmes sectoriels


Principaux résultats antérieurs:  

La construction de 146 seuils dans 28 vallées avec récupération d’une superficie de 8’083 hectares de terres. Le renforcement des capacités des groupements de gestion des ouvrages (GGO) a permis de mobiliser des fonds pour le recouvrement (partiel) des coûts d’entretien.

Grâce à l’important rechargement des nappes phréatiques (entre 5 et 9 mètres en hauteur), la végétalisation des bas-fonds est spectaculaire et la production agro-pastorale s’est accrue significativement. La durée de disponibilité de fourrage du bétail après la saison de pluies a augmenté de 3 à 6 mois

Environs 30'000 ménages (210'000 personnes) ont directement bénéficié des bas-fonds aménagés jusqu’à maintenant, dont environ douze mille ménages, dirigés par des femmes, qui ont développé la culture maraîchère. Le revenu moyen de leurs activités maraîchères a augmenté de XAF 55’000 à XAF 250'000 /an.

24 conventions locales ont été conclues ce qui a permis d’éviter les conflits entre nomades et agriculteurs dans les zones concernées.


Direction/office fédéral responsable DDC
Crédit Coopération au développement
Partenaire de projet Partenaire contractuel
Secteur privé
  • Secteur privé étranger Nord


Coordination avec d'autres projets et acteurs

Synergies avec d’autres projets Coop. Suisse: Semences, PREPAS, Réhabilitation des écosystèmes à l’est du Tchad

Projets d’autres PTF et la recherche agro-sylvo-pastorale

Budget Phase en cours Budget de la Suisse CHF   6'000'000 Budget suisse déjà attribué CHF   3'000'000
Phases du projet Phase 3 01.12.2018 - 30.11.2022   (Phase en cours) Phase 2 01.11.2015 - 30.11.2018   (Completed) Phase 1 01.08.2012 - 31.10.2015   (Completed)