Appui aux économies locales des collectivités de Youwarou et de Niafunké (PACY) Programme de Soutien aux Economies Locales du Delta intérieur du Niger (PSEL-DELTA)


Dans les régions du delta intérieur du Niger, au centre et au Nord du Mali, les populations rurales sont confrontées à des crises structurelles multiformes dont l’insécurité alimentaire. La DDC appuie les autorités locales avec des projets économiques dans les filières agricoles porteuses pour assurer la sécurité alimentaire et réduire la pauvreté d’au moins 150'000 personnes. En plus, elle accompagne les municipalités de cette zone dans la maitrise d’ouvrage du développement territorial et la gestion pacifique des ressources naturelles.

Pays/région Thème Période Budget
Mali
État de droit - démocratie - droits de l’homme
Agriculture et Sécurité alimentaire
Développement de la chaîne de valeur agricole
Décentralisation - gouvernance locale - démocratisation (y compris redevabilité)
Ajustement aux changements climatiques
01.07.2015 - 30.06.2019
CHF 9'445'000

Une sécurité alimentaire et des conditions de vie meilleures pour 150'000 maliens

Afin d’assurer la sécurité alimentaire et réduire la pauvreté, les collectivités des zones de Youwarou, Tenenkou, Mopti et Niafunké réalisent des projets de soutien aux filières agricoles porteuses.  

Malgré le potentiel agricole, piscicole et pastoral qu’offrent les zones du delta, elles restent de faible production. Leur enclavement, lié à la dégradation et aux conflits autour des ressources naturelles, ainsi qu’à l’insuffisance d’infrastructures de production, de transformation et de conservation des produits, expliquent en partie cette faible productivité. Par ailleurs, la crise politico-sécuritaire du pays a affaibli la résilience des communautés de ces zones du centre – nord du Mali. Dans le but d’améliorer les revenus des producteurs, la Suisse soutient les collectivités dans la réalisation d’ouvrages Agricoles, d’unités de transformation et d’infrastructures routières.

Plus de 1'200 ha de terres aménagées

Grâce aux espaces aménagés, les exploitants agricoles augmenteront les superficies cultivées et diversifieront les productions vivrières. Les élus et services techniques mèneront des études sur trois filières porteuses à savoir le riz, le poisson et le bétail-viande. Des activités de promotion – foires, expositions vente et voyages d’études – contribueront, par ailleurs, à valoriser les produits du terroir. 600 entrepreneurs et producteurs bénéficieront de formation en techniques de transformation et de conservation des produits. Les femmes et jeunes, constituant 50% d’entre eux, pourront augmenter leur revenue d’au moins 20%. L’aménagement d’une douzaine d’étangs piscicoles et de marchés contribuera à l’essor de la pêche et de l’élevage. Le programme prévoit, en outre, la réalisation et l’entretien de 150 km de pistes balisées.

Vers une gestion responsable des ressources naturelles

En vue d’une exploitation efficace des infrastructures et une gestion pacifique des ressources naturelles, les collectivités locales et les producteurs usagers signeront des conventions locales.  Dans la même lancée, les services techniques de l’Etat et élus locaux organiseront des campagnes d’information sur les bonnes pratiques en matière de protection de l’environnement. Le programme favorisera aussi des rencontres communautaires autour de la vie du terroir.