Armes légères et de petit calibre

Selon les estimations les plus récentes, le nombre d’armes légères et de petit calibre actuellement en circulation dans le monde est estimé à 875 millions. Celles-ci font chaque année des centaines de milliers de victimes. Les pistolets, les pistolets-mitrailleurs et les fusils automatiques sont peu coûteux, ils sont faciles à transporter et leur entretien est simple :  même un enfant est capable de s'en servir. La prolifération illicite des armes légères présente plusieurs dangers:

  • Elle compromet la sécurité humaine, la paix et le développement durables;

  • Elle prolonge et exacerbe les conflits;

  • Elle fait obstacle à la distribution de l'aide destinée aux populations civiles;

  • Elle profite au crime organisé et

  • Elle tient une place importante dans la problématique du terrorisme.


En 1999, sur initiative suisse, l'Institut de hautes études internationales et du développement (IHEID) a créé un programme de recherche sur les armes légères, le «Small Arms Survey». Ce centre de compétence est reconnu au plan international comme institution de référence en matière d'armes légères et de petit calibre.

Enfin, la Ammunition Management Advisory Team (AMAT), co-établie par UNODA et le Centre pour le déminage humanitaire (GICHD), œuvre à renforcer l'action des États et des régions en matière de gestion sûre et sécurisée des munitions, afin de réduire le risque d'explosions et de détournement vers les marchés illicites. Elle apporte aux États des conseils techniques et un transfert de connaissances, et facilite la coopération et l’assistance internationales.

La Suisse est engagée dans la lutte contre la prolifération des armes légères:

La Suisse s’engage pour la mise en œuvre de l’Agenda 2030, notamment en promouvant le rôle du désarmement conventionnel dans le développement durable. Elle est engagée dans la mise en œuvre du programme d’action de l’ONU et de l'instrument international d'identification et de traçage rapide et fiable des armes légères et de petit calibre illicites, en participant aux réunions et conférences des Etats parties.

La Suisse soutient la mise en œuvre concrète de l’Agenda du Secrétaire Général de l’ONU pour le désarmement. Dans le cadre du plan d’action pour la mise en œuvre de cet Agenda, la Suisse s’est notamment déclarée championne de l’action 22, qui porte sur la gestion sûre et sécurisée des munitions. La Suisse participe également activement à la mise en œuvre du Traité sur le commerce des armes. Elle préside notamment le groupe de travail sur la mise en œuvre effective du traité.

Elle apporte sa contribution, dans le cadre de l'OSCE ou du PpP, à des projets de destruction des armes légères et de petit calibre excédentaires et de sécurisation de leur stockage.