Lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme

La Suisse accorde une grande importance à l’intégrité de sa place financière. Elle se mobilise à l’échelle internationale en faveur du développement de normes de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme et en assure la mise en œuvre systématique au niveau national.

Pour préserver la réputation de la place financière suisse, il est capital de lutter contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. La Suisse entend empêcher que des fonds provenant d’activités illicites s’insèrent dans le circuit économique légal et que des terroristes puissent accéder à des sources de financement. Elle s’associe dès lors au développement de normes internationales en matière de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme et en assure la mise en œuvre. Elle s’est dotée à cet égard d’une législation comptant parmi les plus strictes au monde.

Engagement au plan international

Sur le plan multilatéral, la Suisse soutient la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, notamment à travers son engagement au sein du Groupe d’action financière (GAFI). Elle a participé à l’élaboration des 40 recommandations émises par le GAFI, qui constituent les normes approuvées au niveau international en matière de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme. La Suisse a en outre ratifié la Convention internationale de l’ONU pour la répression du financement du terrorisme et a fixé son entrée en vigueur au 23.10.2003.

Lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme au niveau national

Rattaché à l’Office fédéral de la police (fedpol), le Bureau de communication en matière de blanchiment d’argent (MROS) reçoit, analyse et, si nécessaire, transmet aux autorités de poursuite pénale les communications de soupçons des intermédiaires financiers relatives au blanchiment d’argent et au financement du terrorisme. L’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA) et la Commission fédérale des maisons de jeu (CFMJ) sont chargées de la surveillance des intermédiaires financiers.