Engagement de la Suisse

Photo du Secrétaire Général des Nations Unies au Parlement à Berne
Le Secrétaire Général des Nations Unies Ban Ki-moon en visite à Berne en 2012. © UN Photo/Jean-Marc

Depuis son adhésion aux Nations Unies (ONU) en septembre 2002, la Suisse s’est imposée comme un membre actif de l’Organisation, qui participe, par une démarche pragmatique et constructive, à la recherche et la mise en œuvre de solutions. Après dix ans en tant que pays membre, le Conseil fédéral dresse un bilan positif de notre engagement au sein de l’ONU.

Elle jouit d’une crédibilité particulière dans la communauté internationale, car elle ne pratique pas une politique de puissance et ne poursuit pas d’objectifs cachés.

Le concours de tous les Etats est indispensable pour relever les grands défis de notre temps. La Suisse a donc intérêt à s’engager en faveur du renforcement de l’ONU. Ainsi, elle participe activement aux débats sur les réformes de l’ONU et contribue souvent, par ses idées et ses propositions pragmatiques, à lancer des initiatives et à trouver des solutions. La création du Conseil des droits de l’homme, par exemple, est le fruit d’une initiative de la Suisse.

La Suisse est consciente du fait qu’une action coordonnée sur le plan international est souvent plus judicieuse et plus efficace que des projets individuels. C’est pourquoi elle se tourne aussi vers l’ONU pour résoudre des problèmes relevant de la politique de paix et de sécurité, de la coopération au développement et de l’aide humanitaire ainsi que pour traiter des thèmes économiques, sociétaux et culturels. Le cadre de l’ONU est également important pour faire respecter et développer le droit international.

Des Suisses à des postes importants de l’ONU

Les Suissesses et les Suisses qui occupent des postes importants au sein de l’ONU en qualité de collaborateurs ou d’experts indépendants montrent aussi que l’engagement de la Suisse est largement reconnu.