Département fédéral des affaires étrangères DFAE

Coronavirus: toutes les divisions du DFAE sont impactées. Au Protocole, les demandes sont «aussi pressantes que variées»

A l’heure de la pandémie mondiale de Covid-19, l’ensemble des actrices et acteurs du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) sont impactés dans leurs missions quotidiennes.

L'aile ouest du Palais fédéral

L'aile ouest du Palais fédéral abrite une partie des services du DFAE. © Keystone

Le Protocole du DFAE est la porte d’entrée des ambassades étrangères accréditées auprès de la Confédération suisse. Le Protocole et la Mission suisse à Genève sont responsables de 624 représentations diplomatiques étrangères en Suisse (ambassades, consulats, missions) et 44 organisations internationales, pour lesquelles travaillent 46'000 personnes. Quotidiennement, le travail consiste à les soutenir pour répondre à leurs questions et préoccupations.

Comment ce travail fonctionne lors de la crise liée au coronavirus?

Le Protocole est une véritable plaque tournante qui travaille étroitement avec la Mission suisse à Genève, l’Office fédéral de la santé publique OFSP, le Secrétariat d’Etat aux migrations SEM, l’Office fédérale de la police fedpol, l’Administration fédérale des douanes AFD, etc. Le Protocole se charge de récolter, canaliser, transmettre et répondre aux nombreuses demandes qu’il reçoit.
«En situation extraordinaire, les besoins du Corps diplomatique des représentations installées en Suisse s’avèrent aussi pressants que variés. Les demandes arrivent par vagues», explique l’Ambassadrice Beatrice Schaer, cheffe du Protocole.

«Nous fournissons des prestations diverses comme par exemple: communiquer les mesures du Conseil fédéral, communiquer et expliquer le nouveau cadre légal adopté lors de situation extraordinaire. Nous assurons aussi l’examen des requêtes des agents diplomatiques étrangers qui souhaitent entrer sur le territoire suisse, nous apportons une aide à la coordination de l’évacuation de ressortissants étrangers devant passer par la Suisse pour regagner leur pays d’origine, à l’évaluation des cas de regroupement familial ou l’urgente facilitation de cas médicaux de nature humanitaire».

Le Protocole a en outre un rôle important d’anticipation de problèmes liés à l’évolution de la crise sanitaire, comme par exemple la prise en charge médicale ou le rapatriement des corps.

Dans ce contexte sanitaire inédit, le Protocole est amené à adapter son cérémonial. Pragmatisme oblige, le 2 avril a eu lieu, pour la toute première fois, une cérémonie de remise de lettres de créance à distance. Ayant reçu les lettres officielles au préalable, la Présidente de la Confédération a accordé à chaque nouvelle cheffe et nouveau chef de mission un entretien téléphonique de 10 minutes à la fin duquel toutes et tous ont été formellement reconnus en tant qu’ambassadrices et ambassadeurs de leur Etat respectif.

Haut de page