Début de la page

Niger: Ignazio Cassis approfondit les relations bilatérales et salue le partenariat avec le CICR

Lors de son voyage au Niger, pays d'Afrique de l'Ouest, , le président de la Confédération Ignazio Cassis a, entre autre, fait escale dans la ville d'Agadez. Il était accompagné de la présidente du Conseil national Irène Kälin et du président du CICR Peter Maurer. La région est marquée par une crise migratoire, car elle se situe sur la route de passage des réfugiés et des personnes en quête de protection partis en direction de l'Europe. La délégation suisse a visité sur place un centre pour migrants et un projet financé par le CICR visant à soutenir les personnes handicapées.

Le président de la Confédération Ignazio Cassis, la présidente du Conseil national Irène Kälin et le président du CICR Peter Maurer observent des couturières au travail.

Le président de la Confédération Ignazio Cassis, avec la présidente du Conseil national Irène Kälin et le président du CICR Peter Maurer, ont visité à Agadez un centre pour personnes handicapées financé par le CICR. © DFAE

La ville d’Agadez dans le nord du Niger: classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, elle était autrefois un joyau touristique grâce à sa richesse culturelle. Agadez, point de passage de dizaines de milliers de migrantes et de migrants, est aujourd’hui le théâtre d’un trafic d’êtres humains, de drogues et d’armes. Chaque année, quelque 250’000 personnes ayant fui leur foyer ou en quête d’une vie meilleure traversent le Niger. Une loi de 2015 interdit le transport des migrants à travers le Niger et réduit ainsi le nombre de migrants réguliers, sans pour autant mettre fin à la migration irrégulière. Cette loi met à mal les moyens de subsistance de la population locale, fondés depuis des siècle sur le commerce transsaharien. 

Des centaines de milliers de personnes sont actuellement tributaires de l’aide humanitaire

La détresse et la souffrance sont omniprésentes dans la région, et la société nigérienne n’est pas non plus épargnée. Pour les autorités locales, la crise migratoire représente un grand défi. Le tissu social et les pourtant déjà maigres filets de sécurité publics sont mis à rude épreuve, la cohésion sociale s’effrite. Dans la région, 103’000 personnes sont tributaires de l’aide humanitaire, près de 20 pour cent de la population souffre de la faim. La Suisse s’emploie à assurer une meilleure protection des migrantes et des migrants. Lors de la visite d'un centre migratoire, le président de la Confédération Ignazio Cassis s’est fait une idée de l’ampleur de la crise et a visité des projets d’organisations humanitaires, qui aident le gouvernement nigérien à assurer la protection des migrants.

La protection des plus faibles est d’une importance capitale pour la Suisse.
Ignazio Cassis, président de la Confédération

Dans le cadre de son voyage au Niger, le président de la Confédération Ignazio Cassis a visité Agadez le 9 février 2022. Le chef du DFAE s’est fait une idée sur place de la crise migratoire et du partenariat fructueux que la Suisse a établi avec le CICR. «La protection des plus faibles est d’une importance capitale pour la Suisse», a déclaré le président de la Confédération Ignazio Cassis.

Le président de la Confédération Cassis et le président nigérien Mohamed Bazoum en pleine discussion.
Le président de la Confédération Ignazio Cassis a rencontré le président nigérien Mohamed Bazoum le 7 février. © DFAE

Mettre à profit les opportunités en Afrique

Les mutations sociales, économiques et politiques fulgurantes actuellement à l’œuvre placent l’Afrique sous le signe des opportunités nouvelles. Ainsi, lors des élections présidentielles de 2021, le Niger a connu la première transition démocratique du pouvoir depuis son accession à l’indépendance. À la différence des autres États de la région du Sahel, il se caractérise par une relative stabilité politique. Pendant son voyage au Niger, notamment lors de sa rencontre avec le président nigérien Mohamed Bazoum le 7 février 2022, le président de la Confédération a salué cette évolution positive. Mais les défis à relever restent considérables en raison des conflits armés dans les régions frontalières, de la pauvreté, des inégalités et des crises alimentaires. Depuis 1978, la coopération internationale de la Suisse s’emploie à soulager les populations dans le besoin et à lutter contre la pauvreté au Niger, et favorise un développement durable conformément à l’Agenda 2030. La stratégie suisse pour l’Afrique subsaharienne 2021-2024 vise à mettre à profit les opportunités qu’offre l’Afrique et à relever les défis qui se posent à elle. Le Sahel, auquel appartient le Niger, est une région prioritaire de cette stratégie.

Réduire l’exclusion sociale des personnes handicapées

Au Niger, comme dans bien d’autres pays africains, vivre avec un handicap signifie vivre dans l’exclusion. Malgré les progrès de la législation nigérienne visant à intégrer les personnes handicapées dans la société, celles-ci restent stigmatisées. Il manque les fonds publics nécessaires pour leur apporter un soutien.

Dans la région d’Agadez, la délégation suisse, menée par le président de la Confédération Cassis, a visité un centre financé par le CICR visant à aider les personnes handicapées à gagner en mobilité et à acquérir des compétences professionnelles. Les personnes à mobilité réduite ont la possibilité de se procurer des prothèses et des fauteuils roulants. Le centre de rééducation spécialement aménagé à cet effet propose en outre des possibilités de formation, notamment dans le domaine du textile et de l’artisanat métallique. Ces personnes peuvent ainsi reprendre pied dans la société et la vie professionnelle. 

Le CICR est le principal partenaire humanitaire de la Suisse, au Niger et dans le monde .
Ignazio Cassis, président de la Confédération

«Le CICR est le principal partenaire humanitaire de la Suisse, au Niger et dans le monde », a déclaré le président de la Confédération Ignazio Cassis. «Nous sommes heureux du partenariat avec le CICR, fondé sur des valeurs communes et sur notre tradition humanitaire.» Face aux multiples défis auxquels le Niger doit faire face, la Suisse adopte une approche à large spectre: elle établit un lien entre la coopération au développement, l’aide humanitaire et la promotion de la paix. La Suisse exploite ainsi le potentiel des différents domaines et augmente à long terme la capacité d’un État et de sa population à surmonter les crises sans aide publique étrangère.

La Suisse et le CICR, un partenariat solide

Depuis 1863, le CICR, basé dans la Genève internationale, protège dans le monde entier la vie et la dignité des victimes de conflits armés et leur apporte son aide. Cette organisation neutre et indépendante fonde son action sur les Conventions de Genève de 1949, qui constituent la base du droit international humanitaire. Reconnues au niveau international, les Conventions de Genève sont l’une des plus grandes réussites du multilatéralisme. Chaque jour, elles sauvent des vies et contribuent à réduire les souffrances dans les conflits armés; elles sont un véritable instrument de paix.

La Suisse et le CICR partagent les mêmes objectifs et valeurs humanitaires. Dans un protocole d’entente de 2013 (renouvelé en 2017), le DFAE et le CICR ont consolidé leur coopération stratégique et opérationnelle. Avec une contribution de plus de 150 millions de francs par an, la Suisse est le troisième plus important donateur du CICR.

L’action de la Suisse et celle du CICR sont souvent complémentaires. Ainsi, le DFAE met des membres du Corps suisse d’aide humanitaire (CSA) à la disposition du CICR, à sa demande.