Département fédéral des affaires étrangères DFAE

Lutte contre les violences faites aux femmes: une priorité de la politique extérieure suisse

Ce mercredi 25 novembre se tient la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes. Chaque année des milliers de femmes et de filles sont victimes de violences dans le monde. Dans le cadre multilatéral et dans ses pays partenaires, la Suisse soutient la lutte pour le respect des femmes et de leurs droits.

Une femme apprend des techniques de self-défense.

Les cas de mauvais traitements des femmes sont nombreux à travers le monde. La self-défense permet d’apprendre à se défendre. © Keystone

Assises en groupe dans une salle, des jeunes filles regardent un écran de télévision qui rediffuse un spectacle de marionnettes.
Bangladesh: des jeunes filles regardent un spectacle de marionnettes sur la traite des êtres humains, rediffusé à la télévision. © DFAE

Au Bangladesh, un spectacle de marionnettes sensibilise la population aux risques – particulièrement élevés pour les femmes – d’être victimes de trafic d’êtres humains. Son succès est tel qu’il a été rediffusé par la télévision locale et a permis d’informer plus de 150'000 personnes. 

Dans des écoles au Soudan du Sud, des jeunes filles apprennent des techniques d’auto-défense pendant que des garçons sont formés à la gestion des conflits et à la prise de parole contre la violence. Les parents et les autorités sont aussi impliqués comme parties prenantes d’un vaste programme visant à faire comprendre la violence sexuelle et les préjugés sexistes afin de modifier les perceptions et les comportements.

Une femme et un homme discutent, assis autour d’un bureau.
Pouvoir parler et être entendu est une clé dans la prévention de la violence à l’égard des femmes. Ici, une femme raconte son expérience dans un centre de prévention en Tanzanie. © DFAE

En Israël et dans le Territoire palestinien occupé, de jeunes Palestiniens, hommes et femmes, sont encouragés à devenir des citoyens actifs et responsables. Ils reçoivent une formation leur permettant de mener leurs propres campagnes de plaidoyer en faveur des droits de l'homme et des femmes, de l'égalité des sexes, de la prévention des violences basées sur le genre et des valeurs démocratiques dans leurs communautés.

Dans 25 villages de Tanzanie, une Task Force contre les mutilations génitales a été mise en place. Autorités locales, forces de police, chefs traditionnels et religieux, sont impliqués afin de permettre les signalements, le dépôt de plaintes, la conduite d’enquêtes et la prise de mesures. Trente cas ont déjà été signalés à ce jour.

Les enfants d’une classe sont assis en groupe sur une pelouse.
La sensibilisation des filles et des garçons dans les écoles est essentielle pour lutter contre les violences liées au genre. © DFAE

Femmes et hommes impliqué-e-s dans ces projets, tous soutenus par la coopération internationale de la Suisse, peuvent témoigner du bénéfice reçu et de l’impact que cela a dans la lutte globale contre la violence faite aux femmes. Sensibilisation tous publics, formations adaptées aux femmes comme aux hommes, prise en charge et soutien des victimes: sur le terrain de la violence liée au genre, chaque action compte.

La Suisse s’engage pour faire une différence.

Priorité de la politique extérieure suisse

«La violence à l’égard des femmes et des filles constitue l’une des violations des droits humains les plus répandues, les plus persistantes et les plus dévastatrices dans le monde», souligne l’Agenda 2030 de développement durable de l’ONU. Cette phrase, écrite en ouverture de l’Objectif 5 visant à l’égalité entre les sexes, montre bien le défi colossal que représente cette violence.

La lutte contre les violences sexuelles et basées sur le genre et leur prévention constituent une priorité de la politique extérieure de la Suisse, que ce soit dans le cadre de sa coopération multilatérale ou bilatérale. Elle forme l’un des trois piliers de son action en matière d’égalité entre les sexes pour lesquels elle s’est engagée dans l’Agenda 2030.

Le Palais fédéral brille en orange.
À l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, le Palais fédéral de Berne est illuminé en orange le soir du 25 novembre 2020. © DFAE

Au niveau multilatéral, la Suisse a adopté de nombreux programmes, conventions, résolutions, déclarations internationales sur le droit des femmes, la lutte contre toute forme de violences et l’égalité des sexes et s’est engagée à les appliquer. La Suisse a par exemple adhéré à la Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique (Convention d’Istanbul – 2017), pris des engagements dans le cadre du Programme d’action de Beijing ou de la mise en œuvre de la résolution 1325 du Conseil de sécurité de l’ONU. Elle s’implique dans de nombreux forums, workshop et réseaux internationaux.

Le respect des droits de l’homme est une des priorités de la Stratégie de politique extérieure 2020–2023 de la Confédération. La défense de l’égalité des sexes et la lutte contre les violences liées au genre figurent plus spécifiquement parmi les axes prioritaires d’engagement de la coopération suisse à l’étranger et de l’aide humanitaire.

Au niveau bilatéral, dans ses régions d’action prioritaire, le DFAE, à travers la Direction du développement et de la coopération (DDC) ou la Division Sécurité humaine (DSH), a mis en place des dizaines de programmes. En Turquie ou en Afghanistan, en Bosnie-et-Herzégovine ou au Burundi, en Israël ou en Palestine, au Myanmar ou en Mongolie, au Maroc ou au Népal, entre autres, les initiatives visent à promouvoir le droit des femmes, de lutter contre la violence ou de soutenir les victimes. 

#orangetheworld

Ce mercredi 25 novembre se tient la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes. Cette journée est le point de départ d’une campagne de 16 jours qui se terminera le 10 décembre 2020, lors de la journée internationale des droits de l’homme.

La campagne est soutenue par les Nations Unis et s'inscrit dans le contexte du 25ème anniversaire de la déclaration et le programme d’action de Beijing et ainsi que le 20ème anniversaire de la résolution 1325 du Conseil de sécurité sur les femmes, la paix et la sécurité. La devise pour 2020 est: «Orange the World: Fund, Respond, Prevent, Collect!».

La campagne vise à sensibiliser le grand public et les personnalités politiques à la violence basée sur le genre aux niveaux local, national et mondial. Plusieurs manifestations sont prévues, dont l’illumination du Palais fédéral en orange. 

Haut de page