Bons offices

Une voiture arborant un drapeau suisse symbolise la fonction de «facteur» que la Suisse assume en tant que puissance protectrice.
En tant que puissance protectrice, la Suisse assume la fonction de «facteur». © Keystone

Les bons offices de la Suisse reposent sur une longue tradition et ils jouent un rôle clé dans sa politique de paix. Du fait qu’elle n'est rattachée à aucune grande puissance et qu’elle n'a pas d’agenda caché, la Suisse peut établir des ponts là ou d’autres acteurs sont bloqués.

Elle soutient les parties à un conflit dans la recherche d'une solution négociée et elle se tient elle-même à disposition pour assumer des mandats de médiation ou pour soutenir des négociations ou des médiations conduites par d'autres pays ou organisations internationales et régionales. En tant que puissance protectrice, elle représente les intérêts d’Etats tiers.

En droit international public et dans le domaine des relations internationales, le terme «bons offices» tel qu’il est défini dans la Charte des Nations Unies désigne toute initiative diplomatique ou humanitaire entreprise par un pays tiers ou une institution neutre dans le but de résoudre ou de surmonter un conflit bilatéral ou international.