Département fédéral des affaires étrangères DFAE

Ignazio Cassis se réjouit de poursuivre le travail d’équipe avec l’Ukraine

Le 29 octobre 2021, le conseiller fédéral Ignazio Cassis lance le processus On the road to Lugano, dont le but est de préparer la conférence sur les réformes en Ukraine qui aura lieu en Suisse en 2022. Davantage de responsabilité au niveau local, des frais de chauffage réduits et une contribution à la prévention des conflits: depuis plus de vingt ans, la Suisse apporte son soutien à l’Ukraine dans les domaines de la coopération internationale, de la promotion de la paix et de l’aide humanitaire. Grâce à cet engagement de longue date et à la co-présidence qu’elle assume en 2022, la Suisse a la possibilité d’agir durablement en faveur de la stabilité et de la prospérité en Ukraine.

Le conseiller fédéral Cassis et le premier ministre ukrainien Denys Shmyhal se serrent la main.

«Je souhaite un élan positif et inclusif au processus "On the road to Lugano"», souligne Ignazio Cassis lors de son lancement avec le premier ministre ukrainien Denys Shmyhal. © DFAE

Près d’une personne sur deux en Ukraine dispose de moins de cent francs pour vivre, non pas par jour ou par semaine, mais par mois. Un total de 18 millions d’Ukrainiens sont dans cette situation, soit près de deux fois la population suisse. C’est ce que révèle une étude réalisée en 2020 par l’institut ukrainien Ptukha Institute of Demographics and Social Research. L’Ukraine est donc non seulement l’un des plus grands pays d’Europe, mais aussi l’un des plus faibles revenus. La pandémie de COVID-19 et le conflit toujours en cours dans l’est du pays ne font que rendre la situation encore plus difficile.

La Suisse soutient les réformes entreprises pour améliorer la stabilité et la prospérité du pays. Elle entretient des relations bilatérales avec l’Ukraine depuis près de trente ans et elle y mène des projets de coopération internationale depuis plus de deux décennies. Ces efforts ont souvent été couronnés de succès, comme le montrent les exemples suivants.

Stabilité: rapport d’égal à égal avec les institutions étatiques

 Le maire Olexij Rjabokon se tient dans un bureau de l'administration municipale de Pyriatyn.
«Les citoyens ne se trouvent plus confrontés à une autorité qui leur dit ce qu’ils doivent faire», déclare Olexij Rjabokon, maire de la municipalité de Pyriatyn. © DFAE/Niels Ackermann

La plupart des habitantes et des habitants de l’Ukraine estimaient que les services publics à l’échelle locale n’étaient pas satisfaisants. Afin d’accroître la confiance de la population dans les institutions nationales et communales, des réformes ont été entreprises dans une perspective de décentralisation. Des compétences ont donc été transférées vers les institutions et collectivités locales, notamment dans les domaines des services publics, de la santé et de l’éducation. Forte de l’expérience de son propre système fédéral, la Suisse a accompagné étroitement ce processus depuis les années 1990. Menées à terme, les principales réformes ont donné les premiers résultats: selon des sondages, la moitié de la population ukrainienne a bénéficié des réformes en matière de décentralisation. Olexij Rjabokon, maire de la commune de Pyriatyn, située à 160 kilomètres à l’est de Kyiv, explique que désormais, les citoyens ne se trouvent plus confrontés à une autorité qui leur dit ce qu’ils doivent faire, mais s’entretiennent avec un spécialiste qui les soutient dans leur démarche.

Prospérité: des prêts pour réduire les frais de chauffage

 Jewgen Jarowy se tient devant un système de chauffage nouveau et amélioré.
«Nous souhaitons par exemple isoler les conduites dans l’espoir de réduire encore nos frais de chauffage», explique Jewgen Jarowy, un copropriétaire en ville de Kyiv. © DFAE/Niels Ackermann

En Ukraine, deux personnes sur trois ont de la peine à payer leurs factures de chauffage. Grâce à l’intervention de la Suisse, près de 300 000 ménages ont obtenu des prêts pour l’installation de chauffages modernes, pour le remplacement des fenêtres ou pour l’isolation des bâtiments. Ces mesures ont permis de réduire considérablement les frais de chauffage. «Grâce à cet investissement, le montant de nos factures a diminué de moitié», se réjouit Jewgen Jarowy, qui représente une communauté de copropriétaires par étages à Kyiv, avant d’ajouter: «Les travaux ne sont pas terminés. Nous souhaitons par exemple isoler les conduites dans l’espoir de réduire encore nos frais de chauffage.»

Paix: développement de l’expertise en matière de prévention et de résolution des conflits

 Olha Zajarna est assise à une fenêtre devant un ordinateur portable à la fourre bleu clair.
Grâce à ses travaux de recherche, Olha Zajarna de Kyiv, souhaite améliorer la situation dans l'est de l'Ukraine. © DFAE/Niels Ackermann

Les compétences en matière de résolution des conflits et de médiation renforcent la cohésion sociale et sont donc importantes pour la prévention des conflits armés. L’Ukraine, qui porte les cicatrices de sept années d’hostilités à l’est du pays, peut compter sur l’expertise et l’expérience de la Suisse en matière de promotion de la paix. Cette dernière a par exemple soutenu la mise en place d’une filière de master en médiation et résolution des conflits au sein de la National Technical University of Ukraine. «Le programme m’a ouvert les yeux sur ce que je souhaitais réellement faire: poursuivre mes travaux de recherche universitaires afin de trouver des approches permettant de contribuer à une amélioration de la situation dans l’est du pays», explique Olha Zajarna, étudiante à Kyiv.

Selon le conseiller fédéral Ignazio Cassis, «la Suisse est une partenaire compétente et crédible de l’Ukraine dans les domaines de la politique, de l’économie, des finances et de la culture».

La Suisse est une partenaire compétente et crédible de l’Ukraine.
Ignazio Cassis, conseiller fédéral

Le soutien de longue date que la Suisse a apporté à la transition de l’Ukraine dans le sillage de l’effondrement de l’Union soviétique est exemplaire. Il constitue une base essentielle du vaste programme de réformes mis en place dans le pays après la révolution de 2014.

Réflexion commune sur les priorités des futures réformes

Carte illustrant les étapes du voyage du conseiller fédéral Cassis en Ukraine, à Odessa et à Kyiv.
Le conseiller fédéral Ignazio Cassis sera en Ukraine du 27 au 28 octobre. © DFAE

Dans ce contexte, Ignazio Cassis a rencontré le premier ministre ukrainien Denys Chmyhal le 29 octobre 2021 à Kyiv pour le lancement du processus On the road to Lugano. Il s’agit du coup d’envoi des préparatifs de la conférence sur le réformes en Ukraine (URC2022), qui se tiendra les 4 et 5 juillet 2022 à Lugano sous la présidence conjointe de la Suisse et de l’Ukraine. Le processus On the road to Lugano et la conférence permettent à l’Ukraine de faire le point sur les réformes en cours avec ses partenaires internationaux et d’avoir avec eux un échange de vues sur les prochaines étapes prévues. «Lors de discussions entre amis et partenaires, nous définissons les priorités futures du processus de réforme indispensable à la construction d’une Ukraine pacifiée, novatrice et prospère», précise le chef du DFAE. De par son rôle d’État hôte de la conférence, la Suisse a l’opportunité unique d’infléchir durablement le processus de réforme en Ukraine.

Le conseiller fédéral Cassis et le président Zelenskyy misent sur la stabilité et la prospérité

En juillet 2021, le conseiller fédéral Ignazio Cassis a repris au nom de la Suisse la présidence tournante de la conférence sur les réformes en Ukraine, précédemment assurée par la Lituanie. Peu après, le chef du DFAE a convenu avec le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy d’un certain nombre de réformes réalisables qui seront étudiées dans le cadre du processus On the road to Lugano et de la conférence. Les priorités qu’ils ont définies pour l’édition 2022 sont la stabilité et la prospérité. Elles font ainsi écho aux objectifs de la stratégie de politique extérieure 2020-2023 de la Suisse. D’entente avec les partenaires ukrainiens et internationaux, une attention particulière sera accordée aux réformes dans les domaines de la justice, de la décentralisation, de la réinsertion, de l’économie verte, de la finance et des banques, de la gouvernance d’entreprise, du capital humain et de la transformation numérique.

Des participants du monde entier à Lugano

Le logo de la conférence des réformes en Ukraine indique qu’elle aura lieu à Lugano, en Suisse, en 2022.
La conférence sur les réformes en Ukraine aura lieu, les 4 et 5 juillet 2022, à Lugano. © DFAE

Plusieurs centaines de personnes déléguées de divers pays sont attendues à Lugano en 2022 pour la conférence sur les réformes en Ukraine parmi lesquelles des chefs d’État, des ministres et des représentants gouvernementaux. La société civile, le secteur privé, les milieux scientifiques et les organisations internationales seront également représentés à la conférence. De concert avec l’Ukraine, la Suisse se réjouit d’accueillir la conférence, placée sous le thème «Reforms for all - all for reforms». Au terme de l’édition 2022, le président de la Confédération et le président ukrainien signeront la déclaration de Lugano.

On the road to Lugano

Le processus On the road to Lugano est en cours jusqu’à l’ouverture de la conférence. «Je souhaite que le processus On the road to Lugano soit aussi inclusif que positif», souligne Ignazio Cassis. À l’occasion de rencontres en Ukraine et à l’étranger, les sujets importants sont discutés avec tous les acteurs concernés. Il est aussi essentiel de bien expliquer les réformes à la population ukrainienne. Jusqu’en juillet 2022, le rôle de la Suisse dans processus est double: d’une part, son ambassade à Kyiv dirige le suivi des réformes et des progrès réalisés sur place et, d’autre part, la Suisse endosse le rôle de médiatrice dans quatre enceintes différentes: à Bruxelles, au WEF à Davos, dans le cadre de la Genève internationale et à Washington D.C.

Politique extérieure de la Suisse et réformes en Ukraine: les priorités sont les mêmes

Pour être efficace, la stratégie de politique extérieure de la Suisse se doit de suivre une approche cohérente. Après avoir analysé la situation mondiale et évalué les tendances qui pourraient prendre de l’importance à l’avenir, le Conseil fédéral a fixé quatre priorités dans sa stratégie de politique extérieure 2020-2023. Relevant respectivement des domaines paix et sécurité, prospérité, durabilité et numérisation, ces objectifs ont servi de lignes directrices à l’élaboration de stratégies de suivi thématiques et géographiques. Cette approche permet d’éviter les redondances et d’exploiter les synergies entre tous les partenaires impliqués.

Dans le cadre de sa stratégie de coopération internationale 2021-2024, qui repose sur la stratégie de politique extérieure, la Suisse est l’un des rares pays à mettre en œuvre tous les instruments dont elle dispose pour soutenir l’Ukraine:

- Aide humanitaire (DFAE)

- Promotion de la paix (DFAE)

- Coopération avec avec l’Europe de l’Est (DFAE)

- Coopération économique (SECO)

Les activités de coopération internationale que la Suisse déploie en Ukraine visent à promouvoir la paix, la prospérité et la durabilité, mais aussi la numérisation. Les priorités thématiques définies dans le cadre du processus de réforme en Ukraine correspondent à celles de la politique extérieure de la Suisse. Le projet commun que représente l’organisation de la conférence sur les réformes en Ukraine en 2022 à Lugano ne peut donc qu’être bénéfique aux deux États.

Informations complémentaires sur les différentes stratégies de la politique extérieure de la Suisse

Haut de page