Renforcer le respect du droit international humanitaire

Les conflits armés provoquent énormément de souffrances, en particulier parmi les populations civiles. Aujourd’hui, l’un des plus grands défis humanitaires consiste donc à renforcer le respect du droit international humanitaire. La Suisse se mobilise sur le long terme pour la concrétisation de cet objectif.

Depuis l’adoption de la première Convention de Genève en 1864, le droit international humanitaire (DIH) a beaucoup évolué. Il a été adapté progressivement aux nouveaux moyens et méthodes de guerre. Parallèlement, la protection accordée à la population civile et à toutes les personnes qui ne participent pas ou plus aux hostilités a été élargie. Désormais, le cadre normatif existant est dans l’ensemble suffisant. Actuellement, le principal défi consiste à renforcer le respect du DIH.

Se fondant sur une résolution adoptée par la Conférence de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, la Suisse et le CICR ont conduit, entre 2015 et 2019, un processus intergouvernemental visant à améliorer le respect du droit international humanitaire.  L’enjeu de ce processus était de parvenir à un accord en vue de la création d’un forum des États sur le DIH, et de trouver des moyens de mieux tirer parti de la Conférence de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ainsi que des forums régionaux. Compte tenu du contexte multilatéral actuel, aucun de ces points n’a pu déboucher sur un consensus. Néanmoins, le processus intergouvernemental a mis en évidence la dimension universelle du droit international humanitaire. Il a également généré un grand nombre d’idées qui pourront être développées, afin d’améliorer la mise en œuvre du droit international humanitaire.

Documents du processus intergouvernemental visant à renforcer le respect du droit international humanitaire (2015-2019)