Pour le conseiller fédéral Didier Burkhalter, l'obligation de rendre des comptes constitue un pilier de la démocratie.

Berne, Communiqué de presse, 26.11.2015

Dans un discours prononcé aujourd'hui à Berne à l'occasion d'un forum de deux jours sur la démocratie, organisé par l’Institut pour la démocratie et l’assistance électorale (IDEA), le conseiller fédéral Didier Burkhalter a rappelé que la démocratie ne pouvait fonctionner sans que les autorités de l'Etat soient soumises à l'obligation de rendre des comptes. Fondée il y a 20 ans, l'IDEA se mobilise dans le monde entier pour la démocratie et compte aujourd'hui 28 Etats membres. En 2015, sa présidence est assumée par la Suisse.

©

Sur invitation de la présidence suisse du Conseil des Etats membres de l'IDEA, plus de 150 experts suisses et étrangers – issus des milieux politique, scientifique et économique – et représentants de la société civile et des médias se sont réunis à Berne pour deux jours. Ils se sont penchés sur l'importance de l'obligation de rendre des comptes ainsi que sur sa mise en œuvre concrète dans les Etats démocratiques et ont également analysé leur propre rôle ainsi que les interactions entre différents acteurs. L'obligation de rendre des comptes en tant que pilier de la démocratie: au cours de l'année présidentielle suisse, la thématique choisie par la Confédération a fait l'objet d'un grand nombre d'ateliers dans différentes régions du monde.

Ouvert par Manuel Sager, le directeur de la Direction du développement et de la coopération (DDC), le colloque était principalement conçu comme plateforme pour l'échange d'expériences concrètes. Il ainsi été question notamment de la manière dont la Tunisie était parvenue à garantir l'indépendance de sa commission électorale tout au long d'une transition difficile, ou encore de l'impact de la participation des citoyennes et des citoyens au niveau local et régional sur le processus de démocratisation de la Mongolie. L'obligation de rendre des comptes est également un élément central de la mise en œuvre de l'«Agenda 2030» pour un développement durable au niveau mondial, adopté récemment par les chefs d'Etat et de gouvernement des Etats membres de l'ONU. L'expérience de la Suisse, très engagée dans ce domaine, a constitué le point de départ de discussions menées lors de cette rencontre. Manuel Sager, directeur de la DDC, a notamment expliqué que la DDC veille explicitement à ne pas mettre en place des structures parallèles dans le cadre de la mise en œuvre de l'Agenda, et qu'elle soutient au contraire les réformes des Etats partenaires ainsi que les initiatives locales.

Dans son discours, le conseiller fédéral Didier Burkhalter a réitéré la volonté de la Suisse de prendre les mesures nécessaires pour la réalisation de l'Agenda 2030 sur son territoire et pour soutenir dans le cadre de la coopération au développement les efforts de démocratisation de ses Etats partenaires. «Pour être durable, le développement doit être bénéfique partout et pour tous, sans distinction ni discrimination», a déclaré le conseiller fédéral Didier Burkhalter. Selon lui, l'obligation de rendre des comptes est un élément central à cet égard, puisqu'elle «requière des contre-pouvoirs institutionnels pour assurer l'équilibre entre les différents secteurs du gouvernement et implique également que les citoyens puissent participer aux processus démocratiques», a ajouté le chef du DFAE. 

A l'issue de son discours, le conseiller fédéral Didier Burkhalter s'est entretenu avec le vice-secrétaire général Jan Eliasson et a reçu le ministre mongol des affaires étrangères Lundeg Purevsuren pour une visite de travail bilatérale. L'année prochaine, la présidence de l'IDEA sera assurée par la Mongolie.

Fondée en 1995 et sise à Stockholm, l'IDEA jouit du statut d'observateur auprès de l'ONU et compte 28 Etats membres ; la Suisse y a adhéré en 2006.  L'organisation dispose de bureaux régionaux en Afrique, en Asie de l'Ouest, ainsi que dans les régions Asie-Pacifique, Amérique latine et Caraïbes, et Afrique du Nord. Elle a pour objectif de soutenir les institutions démocratiques et les processus démocratiques durables, efficaces et légitimes.


Informations complémentaires

IDEA
Allocution du Conseiller fédéral Didier Burkhalter (en)


Contact

Information DFAE
Palais fédéral ouest
CH-3003 Berne
Tél.: +41 58 462 31 53
Fax: +41 58 464 90 47
E-Mail: info@eda.admin.ch


Editeur:

Département fédéral des affaires étrangères