Berne, Communiqué de presse, 04.03.2016

L’abolition universelle de la peine de mort est une priorité de l’action diplomatique suisse en faveur des droits de l’homme - une action qui inclut différents moyens et vise différents pays. Dans le cas présent, une exposition sert d’outil de sensibilisation et cherche à contribuer de façon positive au dialogue dans un pays particulier.

La peine de mort a aujourd’hui quasiment disparu, avec 160 pays qui l’ont soit formellement abolie, soit abandonné son utilisation. Et pourtant, parmi les 38 pays qui l’appliquent encore à des degrés et fréquences variables, il y a les Etats-Unis, un pays démocratique et fréquent partenaire de la Suisse précisément dans le domaine des droits de l’homme. Quoi de plus normal donc que la Suisse cherche le dialogue avec ce pays ? Car, si la peine de mort est bien un sujet sur lequel chaque pays doit se pencher séparément, il est aussi présent dans les discussions internationales, par exemple lorsqu’il s’agit de chercher les meilleurs moyens de prévenir le terrorisme, la criminalité ou les trafics illicites, comme le trafic contre les stupéfiants. Pour une majorité de pays et d’experts, il est illusoire de penser que la peine de mort permet d’éviter le fait criminel. En réalité, elle n’a pas d’effet préventif ou dissuasif prouvé. Par contre, la peine de mort, une fois appliquée, est irréversible, et, partout où elle existe encore, elle permet l’exécution d’innocents, de personnes vulnérables, voire indésirables. La Suisse pense donc qu’il s’agit d’une sanction non seulement dépassée mais contraire à la logique d’une justice qui cherche à être la plus juste possible pour chaque citoyen et citoyenne. Ce n’est pas là une évidence qui s’est imposée d’un seul coup : en Suisse aussi, il a fallu maints débats et échanges avant que la peine de mort ne soit abolie, pour les crimes ordinaires d’abord (en 1942), puis aussi pour les crimes militaires (en 1992). L’engagement de la Suisse pour l’abolition de la peine de mort au niveau mondialse fonde donc sur le respect et la compréhension : il faut toujours un dialogue interne, et suivant le pays et le contexte, il faut laisser à ce processus le temps nécessaire.

Cette exposition, destinée à contribuer aux débats américain et mondial sur la peine de mort, est avant tout une invitation à multiplier les échanges, par quelque moyen et en quelque lieu que ce soit. La forme choisie ici est ludique et peut paraître en contradiction avec la gravité du sujet, mais les discussions que cette exposition suscitera ne le seront sans doute pas.


Informations complémentaires

Exposition à Genève
Exposition à Morges
Engagement de la Suisse en faveur de l’abolition universelle de la peine de mort
Windows on Death Row (en)
Death Penalty Information Center (en)


Contact

Information DFAE
Palais fédéral ouest
CH-3003 Berne
Tél.: +41 58 462 31 53
Fax: +41 58 464 90 47
E-Mail: info@eda.admin.ch


Editeur:

Département fédéral des affaires étrangères

Dernière mise à jour 13.01.2023

  • La Communication du DFAE se tient à la disposition des journalistes en semaine pendant les heures de bureau et le week-end sur appel au service de piquet.

Contact

Communication DFAE

Palais fédéral Ouest
3003 Berne

Téléphone (pour les journalistes uniquement):
+41 58 460 55 55

Téléphone (pour toute autre demande):
+41 58 462 31 53

Début de la page