Département fédéral des affaires étrangères DFAE

Une application pour le droit des femmes

Le DFAE lance ce 8 mars 2021 à New York, une nouvelle version de l’application W'sHR. L’appli facilite les négociations et contribue à l'efficacité des processus multilatéraux.

Vue sur New York.

À l'occasion de la Journée internationale des femmes, le DFAE présente à New York l'application W’SHR améliorée. © DFAE

Joyce est une ressortissante ougandaise, passionnée par les droits humains. Elle travaille pour une organisation qui défend l’accès à la propriété des femmes dans son pays. Manque de ressources, corruption et difficulté d’accès aux documents juridiques ne facilite pas sa tâche. Lorsqu’elle prend part à des réunions pour préparer une grande étude sur l’impact de la corruption sur la vie quotidienne des femmes visant à obtenir des fonds de soutien des Nations Unies, elle a besoin de pouvoir s’appuyer sur une information officielle et fiable.

Elle se connecte alors depuis son téléphone portable sur l’application Women’s Human Right (W’sHR). Elle tape le mot-clé «Propriété». S’affichent alors facilement pour ce thème, les principaux textes de droit international relatifs à l’accès à la propriété et au contrôle de la propriété foncière. Lors des réunions avec les membres de la communauté ou autres interlocuteurs, cela lui permet d’avoir une base de discussion commune et fondée sur des faits.

Gigantesque base de donnée

A l’initiative du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), l’App W'sHR a été développée avec le soutien du Centre suisse d'expertise en droits de l'homme et le Centre interdisciplinaire pour la recherche en études de genre IZGG de l’université de Berne.

Gigantesque base de banque de données (en anglais), l’application contient 147 mots-clés prédéfinis et plus de 650 documents, en lien avec le droit des femmes. «COVID-19», «mariage forcé», «violence» ou «eau potable»: pour chaque recherche, l’utilisateur-trice accède à une définition, aux paragraphes pertinents des conventions internationales et régionales des résolutions des Nations Unies, ainsi qu’aux déclarations et autres documents en rapport avec le mot-clé sélectionné.

Les informations sont accessibles facilement et gratuitement depuis un smartphone (Play Store et App Store) ainsi qu’un site internet. La version 2021 comporte un contenu étoffé et des caractéristiques techniques améliorées.

Dans son discours préparé pour le lancement de l’App à New-York, le conseiller fédéral Ignazio Cassis insiste sur l’immense potentiel des outils numériques pour renforcer les droits des femmes. Il rappelle aussi combien la défense du droits des femmes est un point essentiel de la politique extérieure de la Suisse.

Vidéo: discours du conseiller fédéral Ignazio Cassis

La Suisse bâtisseuse de ponts au niveau multilatéral

«L’application est unique et la seule qui exite en tant que collection plutôt complète des documents normatifs internationaux sur les droits des femmes et l’égalité», explique Fabrice Burri, de la section Égalité des chances et questions globales liées au genre du DFAE.

«Elle a été créée en priorité afin de permettre de faciliter les négociations à l’ONU. L’idée est née lors d’une session annuelle de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies (CSW). Toutefois, elle peut être utilisée dans de nombreux autres contextes - recherche, diplomatie, médias, formation, plaidoyer, programmes de développement», poursuit-il.

Outil numérique pour le droit des femmes

Si la défense du droit des femmes est internationalement reconnue, les violations des droits humains à l’encontre des femmes et des filles sont encore persistantes et très répandues. «Les négociations autour de l’élaboration de textes multilatéraux sur le droit des femmes sont parfois difficiles. Il n'est pas toujours facile de s'y retrouver dans le grand nombre de conventions, de résolutions et de textes de droit international existant et de pouvoir accéder rapidement aux plus pertinents», note encore Monsieur Burri.

«Il est de ce fait très important que la Suisse puisse mettre à disposition de tous les pays, le meilleur instrument numérique possible permettant de se se référer aux normes communes adoptées et mettre à disposition les derniers textes et résolutions négociés. Cet instrument contribue également à renforcer la position de la Suisse sur ces questions.» Pour l’expert du DFAE, l’application est un moyen de défendre les normes atteintes au niveau multilatéral dans le domaine de l'égalité des sexes et des droits des femmes.

Avec l’App W’sHR, la Suisse met l'accent sur le renforcement des droits des femmes et l'adaptation des normes juridiques aux réalités politiques et sociales. L’App convainc. Elle a déjà été téléchargée des dizaines de milliers de fois.

Droits des femmes et numérisation : priorités de la Suisse

Logo de l’application W’sHR
Logo de l’application W’sHR © DFAE

La défense du droits des femmes est une priorité de la politique extérieure de la Suisse. La Suisse a un long engagement dans ce sens.

Au niveau multilatéral, la Suisse est impliquée dans les différents organes de l’ONU qui adoptent régulièrement des résolutions sur les droits des femmes - Assemblée générale, Conseil des droits de l’homme, la Commission de la condition de la femme des Nations Unies (CSW) et est candidate au Conseil de Sécurité. Elle a adopté de nombreux programmes, conventions, résolutions, déclarations internationales sur le droit des femmes et s’est engagée à les appliquer.

Le respect des droits de l’homme est une des priorités de la Stratégie de politique extérieure 2020–2023 de la Confédération. L’exploitation du potentiel de la numérisation dans l’interêt des personnes et pour attendre les objectifs de développement durable sont un pilier de la politique étrangère numérique 2021-2024 de la Suisse.

La W’sHR App est un outil numérique de plus au service des droits humains.

Haut de page